0142255571 soudan75@orange.fr

Soixante ans se sont écoulés de l’indépendance du Soudan. Pendant cette période, le pays a témoigné de plus en plus de gains et la communauté a vu des changements positifs en termes des enjeux politiques, du développement des lois et du renforcement de la sécurité, en dépit de ce qui se passe dans le sud du Nil Bleu et malgré la guerre qui éclate au sud du Kordofan. Cependant, le pays cherche à mettre fin à ces guerre en offrant l’option de la paix et la consolidation du principe du dialogue national afin de parvenir à des solutions aux questions politiques et pour arriver à une constitution permanente qui ouvre la voie à la troisième République.

Depuis son Indépendance, le Soudan demeure à la recherche de l’affirmation de soi et de son identité propre à lui, une identité qui est interconnectée avec les valeurs de la Constitution. À cette fin, de nombreuses évaluations et vérifications à notre trajectoire nationale ont été menées pour réorganiser au mieux la vie politique et sociale. De ce fait, la valeur de l’indépendance est renouvelée chaque année et les commémorations de l’Indépendance sont célébrées avec fierté comparable à notre fierté de notre particularité et de notre patrimoine civilisationnel particulier.
Le Soudan a franchi le pas en approfondissant les valeurs et l’essence de l’indépendance de sorte que cette génération et les générations à venir puissent cueillir le fruit de la patience et qu’elles apprennent à faire face aux défis. Le peuple soudanais ne se plie pas à la tempête ni aux pressions. Comme il ne renoncera pas à ses principes en échange d’un certain gain ni par crainte de l’arrogance ou l’agression des puissances.

La détente interne et nationale est le fruit d’une longue série de mesures positives qui ont été consolidées et renforcées par des décrets présidentiels et par des accords de paix, tels que la Convention d’Abuja, la Convention de Naivasha, la Convention de Doha, Convention de Khartoum et la Convention sur les monts Nouba, ainsi que par l’évolution des législations sur la gouvernance fédérale et les élections des gouverneurs des états dans le nord comme dans le sud. Ces efforts sont complétés par le lancement des préparatifs de la Constitution par le biais de comités techniques nationaux pour parvenir à l’exhaustivité de la reconstruction politique, ainsi que tout autre processus nécessaire au dialogue interne. Enfin, les comités populaires et officiels ainsi que de nombreuses initiatives qui parrainent ce dialogue et évaluent son succès viennent aussi dans le cadre des efforts déployés pour parvenir à une structure politique intégrée.
La liberté d’expression dont jouit la presse est l’un des facteurs qui ont préparé le terrain pour atteindre cet objectif, en ce sens qu’elle a contribué au dialogue national et à orienter ses axes en mettant en avant des points de vue sur les questions épineuses et cruciales et sur la meilleure façon d’y remédier. De ce fait, nous saluons le rôle de la presse dans le ralliement de la foule autour de ces tendances en vue de parvenir à un consensus national.

Les délibérations sur la prochaine Constitution ont contribué dans la création d’un climat favorable pour une large participation, ce qui a ouvert la porte aux conseils dans tout ce qui a trait aux enjeux de la communauté soudanaise, notamment les enjeux politiques actuels ou à venir, sans prévention de l’opinion, ni interdiction de l’expression d’un point de vu quelconque, même s’il est contraire au consensus. Dans ce contexte, les Forums intellectuels et culturels ont accueilli les débats entre les penseurs, ce qui a contribué à l’enrichissement de la pensée et à l’expression d’opinions contraires. De ce fait, l’État et la communauté ont beaucoup bénéficié de ce climat de débat et de ces débats et les échanges de points de vue. Tout le monde sort gagnant.

Tous ces acquis étaient le fruit de nombreuses années d’efforts en termes de la construction sociale et économique, au cours desquelles les valeurs de l’unité se sont confirmées à travers des démarches avancées et audacieuses, mais conscientes, pour consolider les valeurs de l’Islam modéré, renforcer les valeurs de la communauté et insister sur le fait que la mission de l’homme sur terre est de développer ses ressources. A cet égard, le Soudan dispose de richesses souterraines et sur la surface de la terre qui se manifeste aujourd’hui plus que jamais, et il est temps d’exploiter ces ressources au profit de la population de ce pays généreux.
Le Soudan a poussé ses relations extérieures, notamment avec les frères arabes dans l’environnement des alentours et nos relations avec notre voisinage africain s’orientent vers la coopération et l’intégration.